1. Le mont d’Or

    Randonnée « Le mont d’Or »

    C’est le point culminant du secteur : gardez-lui votre meilleur saucisson. L’aspect du mont d’Or est un peu particulier : d’un côté, une pente très douce, qui mène paisiblement vers la vallée du Doubs ; de l’autre, le vide.

    Le panorama est quasiment continu sur la ligne de crête : si vous n’êtes pas tout à fait tranquille une fois parvenu au sommet, rien n’empêche de faire quelques pas de côté.

  2. Le mont de l’Herba

    Randonnée « Le mont de l’Herba »

    A quelques kilomètres à vol d’oiseau du mont d’Or, il est un peu moins haut et un peu moins impressionnant que son voisin. Mais il est aussi beaucoup plus tranquille, isolé des pistes par le Bois de la Joux.

    Il a aussi le mérite d’être accessible facilement, par quelques centaines de mètres de dénivelé tranquille. Pourtant, la structure en métal qui coiffe son sommet donne le sentiment du devoir accompli : l’ascension est réussie ; la pause charcuterie est méritée.

  3. La forêt

    Randonnée « La forêt »

    Une pointe d’imagination suffit pour se croire dans le Grand Nord, alors qu’on rejoint les forêts qui environnent la station de Métabief et les villages voisins. Il suffit d’ignorer les balises qui marquent les pistes de raquette et de ne pas prêter attention aux quelques routes goudronnées que l’on croise çà et là sur son parcours.

    On peut alors s’installer sur un souche d’arbre, sortir son saucisson et écouter le silence ; en fermant les yeux ou en contemplant la neige.

  4. Le Morond

    Randonnée « Le Morond »

    Le sommet du Morond n’a pas grand chose à envier au mont d’Or : l’altitude et le panorama sont quasiment identiques. Mais il est difficile d’y randonner tranquille, car c’est le point d’arrivée des télésièges.

    On se contentera donc d’y déguster une rapide rondelle, histoire de récompenser la montée. Ensuite, le mieux est probablement de suivre les pistes pour s’éloigner progressivement sur la ligne de crête.

  5. Métabief

    Randonnée « Métabief »

    Le village se prête aussi très bien à des pauses saucisson.

    On peut grimper un peu, pour profiter du panorama qui surplombe la station et sa vallée.

    Mais on peut aussi s’installer au pied des pistes et savourer son bâtonnet, en observant d’un oeil distant et amusé l’humanité s’agiter aux abords des télésièges.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *